Sécurisation des galeries de l’Académie Royale des Arts

L’Académie Royale des Arts utilise des caméras réseau et des serveurs vidéo Axis pour protéger certaines pièces inestimables de ses galeries

Historique

Draînant chaque année plus d’un million de visiteurs, les expositions organisées par l’Académie Royale des Arts font de l’institution l’une des dix attractions payantes les plus courues de Londres. La direction de l’établissement a été successivement confiée à plusieurs artistes majeurs aux Royaume-Uni, tels que Reynolds, Turner, Constable, Gainsborough et plus récemment Moore, Frink, Blake et Hockney. L’une des conditions pour être membre de l’Académie est de faire don d’une œuvre à l’institution, et d’enrichir ainsi la collection. L’Académie Royale des Arts se répartit sur trois sites, dont celui de Burlington House qui dispose de 17 galeries, d’une boutique, d’un café, ainsi que de salles privées. Bon nombre des bureaux administratifs se trouvent dans la French Railways House située de l’autre côté de Piccadilly ; d’autres se trouvent au 6 Burlington Gardens, un bâtiment qui accueille également différents événements d’entreprises et autres fêtes des arts.

Sécurisation des bâtiments et des expositions

David Vobes, le directeur des infrastructures de l’Académie Royale des Arts, est assisté par une équipe de 10 agents de sécurité internes, présents de manière permanente. Ils montent la garde au niveau du hall d’entrée principal servant également de réception principale du bâtiment, et couvrent également tous les autres points d’entrée et de sortie de Burlington House. L’équipe de sécurité est renforcée par une équipe de contractants dépêchés par Mitie Trident Security. Ensemble, ils assurent 24 heures sur 24 la couverture complète des principales galeries publiques de Burlington House lorsque des œuvres d’art en prêt sont exposées. Lors d’expositions d’œuvres prêtées à l’Académie Royale des Arts, l’agence Trident dépêche depuis 20 ans jusqu’à 20 gardes supplémentaires, qui se relaient jour et nuit.

Passage d’un système numérique CCTV à un système de surveillance sur IP

À la suite d’un audit sur la sécurité de l’Académie, mené conjointement avec le bureau de conseillers en sécurité MLA, il avait été convenu que l’Académie introduise un système de surveillance en circuit fermé (CCTV) afin d’accroître la sécurité sur le périmètre du bâtiment. En 1998, l’Académie Royale des Arts fait alors installer 13 caméras de surveillance traditionnelles en circuit fermé – huit à l’extérieur des bâtiments, couvrant également une bonne partie du toit, et cinq autres en face du hall d’entrée. Ces caméras renvoyaient les images à un magnétoscope numérique (DVR) situé dans la salle de contrôle centrale, au sous-sol du Burlington House. La conception et l’installation du système de départ sera confiée à un installateur spécialisé dans les systèmes traditionnels de CCTV, et coûtera la bagatelle de 40 000£. David Vobes, directeur des infrastructures de l’Académie Royale des Arts, explique : “Comme pour tout autre bâtiment public important, nous sommes confrontés à des questions de sécurité évidentes. Le bâtiment se doit d’être accueillant et facilement accessible au public. En théorie, tous les points d’accès du bâtiment sont publics. Or, il faut bien se dire que nous accueillons ici des pièces parfois inestimables, notamment des œuvres en prêt, qui sont plus spécifiquement la proie des voleurs.” Six années plus tard, force est de constater que le disque dur du magnétoscope numérique est sur le point de rendre l’âme. L’installateur d’origine estime à plus de 8 000£ le coût d’une mise à niveau du magnétoscope, un chiffre qui serait en outre probablement doublé si l’Académie Royale des Arts souhaitait étendre le nombre de caméras de surveillance au-delà des 16 prises en charge par chaque magnétoscope numérique. Compte tenu de cette estimation et du manque de souplesse de la solution définitive, David Aston, alors directeur informatique, décide d’envisager la faisabilité d’intégrer le système CCTV à l’infrastructure réseau existante. David Aston prend contact avec CNL, un intégrateur informatique spécialiste de la surveillance sur IP, afin d’obtenir une offre complète prenant en compte les besoins de l’Académie en termes de système de surveillance. James Condron, Directeur commercial et marketing chez CNL : “Notre offre leur a permis de se rendre compte que nous disposions des compétences requises à la fois sur le plan informatique et en matière de surveillance sur IP, et de leur proposer un service d’assistance après-vente complet et interactif correspondant à ce qu’ils recherchaient.” CNL remporte le contrat au mois de mai.?Le même mois, ils entament une analyse du site. Les travaux débutent en juillet 2005 au sein des installations concernées.

Contrôle du nouveau système de surveillance sur IP

David Vobes explique la manière dont les caméras sont contrôlées : “Tout le personnel de sécurité interne peut consulter les caméras sur trois PC différents, l’un situé dans la salle de contrôle au sous-sol de la Burlington House, l’autre au guichet de la réception afin que les gardiens de nuit puissent les surveiller depuis cet endroit. Enfin, un PC situé derrière le guichet permet au responsable de la boutique ainsi qu’aux agents de sécurité d’accéder au système.”

Spécifications techniques globales du système

Huit caméras réseau supplémentaires seront installées lors du passage à la surveillance sur IP, portant ainsi le total à 21 caméras. Deux caméras réseau jour et nuit AXIS 221 avec prise en charge de l’alimentation par Ethernet seront installées sur le toit du bâtiment, logées dans des boîtiers AXIS 290A pour une protection optimale. Une caméra réseau AXIS 210 est placée dans le hall d’entrée. Trois autres sont installées dans un bâtiment séparé, baptisé 6 BG. Douze des 13 caméras CCTV d’origine seront reliées à trois serveurs lames vidéo AXIS 241Q montés en racks dans la salle de contrôle centrale. Le recours au serveur lame vidéo Axis se justifie par le fait que l’Académie Royale utilisait déjà une armoire rack dans sa salle de contrôle, permettant d’y loger le serveur. Sans cela, les caméras analogiques existantes auraient nécessité l’installation de trois serveurs vidéo à 4 ports, une solution qui eut été fort encombrante vu l’espace disponible. La solution permet également d’obtenir des images de qualité, correspondant aux critères définis. Trois caméras réseau sans fil Axis ont également été installées dans deux des galeries principales.

Liens connexes

AXIS 241Q Video Server
Caméra réseau AXIS 221
Caméra réseau AXIS 210
Domaine public

Partenaires

http://www.milestonesys.com