Caméras réseau thermiques Axis

Détection fiable - 24 heures/24, 7 jours/7

Tout comme pour les autres caméras, une caméra thermique ou avec alarme sur température collecte les rayonnements électromagnétiques qui se forment sur une image. Mais alors qu'une caméra conventionnelle fonctionne dans la plage de lumière visible, c'est-à-dire dans des longueurs d'ondes situées environ entre 400 et 700 nanomètres (0,4 à 0,7 μm), une caméra thermique est conçue pour détecter des rayons avec des longueurs d'ondes plus grandes. Les caméras thermiques détectent généralement des rayons dans le spectre infrarouge moyen (MIR), avec des longueurs d'ondes situées entre 3 et 5 µm, ou dans le spectre infrarouge lointain (LIR), avec des longueurs d'ondes situées entre 8 et 14 µm.

La principale différence entre les spectres MIR et LIR par rapport à un rayonnement avec des longueurs d'ondes plus courtes est que le rayonnement est émis et non réfléchi. Les caméras thermiques sont capables de détecter des rayons émis. L'imagerie thermique repose sur le fait que tous les objets, qu'ils soient organiques ou non organiques, émettent une certaine quantité de rayons infrarouge en fonction de leur température. L'objet émettant de la lumière, les caméras thermiques peuvent s'abstraire de la lumière visible et fonctionner dans toutes les conditions de luminosité, c'est-à-dire aussi bien de jour que de nuit.

Les caméras thermiques sont équipées de deux types de capteurs : des capteurs refroidis haut de gamme, principalement utilisés pour des applications militaires ou scientifiques, et des capteurs non refroidis plus abordables. Les caméras thermiques Axis sont équipées de microbolomètres non refroidis opérant dans le spectre LIR.

La capacité d'un matériau à émettre de l'énergie absorbée est appelée émissivité. Tous les matériaux présentent une émissivité plus ou moins élevée, qui varie entre 0 et 1. La peau humaine absorbe l'ensemble du rayonnement incident et présente une émissivité proche de 1
(~ 0,97), alors que des matériaux plus réfléchissant présentent une émissivité inférieure. 

Le rayonnement thermique d'un objet dépend aussi de sa température – plus il est chaud, plus il émet de rayonnement thermique. C'est invisible à l'œil humain, mais nous pouvons le ressentir, par exemple, lorsque nous nous approchons d'un feu de camp ou lorsque nous pénétrons dans un sauna. Plus la différence de température est élevée, plus le contraste sur l'image est important, ce qui rend l'objet plus visible.

Les images thermiques sont souvent associées à des couleurs vives et intenses – ce qui peut paraître étrange vu que la caméra opère hors du spectre de lumière visible. La raison est que les couleurs sont créées numériquement, avec des pseudo-couleurs. À chaque couleur ou nuance de la palette correspond une température différente, généralement le blanc et le rouge pour les températures les plus élevées, en passant par le vert, le bleu et le violet au fur et à mesure que les températures baissent. Ce choix de couleurs est avant tout pratique, car l'œil humain distingue mieux les couleurs que les nuances de gris.

Les caméras thermiques sont non seulement particulièrement adaptées aux scènes sombres, mais elles s'avèrent également l'outil idéal pour détecter des personne et des objets dans le cadre d'une surveillance d'une zone étendue 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, même si la personne porte des vêtements de camouflage. Pour ce qui est de la détection, les caméras thermiques sont bien meilleures que les caméras conventionnelles, même dans des conditions météorologiques peu favorables, comme la neige ou le brouillard.

Les capteurs thermiques étant soumis à un contrôle des exportations, il convient de se renseigner sur les réglementations en vigueur localement afin de s'y conformer.